Goggle Analytics

lundi 13 novembre 2017

Coucher de soleil (Emilly Dickinson)

    Je te dirai comment le soleil s'est levé,  —
    Un ruban déroulé à la fois.
    Les Clochers nageaient dans l'Améthyste,
    Les nouveaux, comme des écureuils, couraient.
        -
    Les collines dénouaient leur bonnets,
    Les moineaux des prés s'enchantaient.
    Alors je me suis dit tout doucement :
    « C'était sans doute le Soleil ! »
    ..................
    Mais comment il s'est couché, je ne sais pas.
    On aurait dit un échalier de mauve
    Où des filles et garçons tout jaunes
    Ne cessaient de grimper
        .
    Jusqu'à qu'ils atteignent l'autre côté,
    Où un maître d'école en habit et en gris
    A gentiment enlevé les rayons
    Et rentré son petit monde au dortoir.
    .
- (ciel et coucher de soleil de novembre) (© B. Henninger) -
-
Emily Dickinson (1830-1886) est une poétesse américaine dont l'œuvre étonnante de sensibilité a été découverte après sa mort, et, pour moi lors du concours Visions du Futur 2016, où une de ses pensées avait été proposée aux candidats. C'est une personnalité étrange où l'esprit peine parfois à suivre la vitesse de ses métaphores... Moqueuse, vive, elle ressemble à ces bobolinks (goglu des prés, un passereau noir avec une touche jaune) du poème Souvent ses poèmes n'ont pas de titre, je me suis permis de désigner ce qui semblait le thème du poème.
    .
VOICI L'ORIGINAL EN ANGLAIS :
    I'll tell you how the sun rose, —
    A ribbon at a time.
    The steeples swam in amethyst,
    The news like squirrels ran.
        -
    The hills untied their bonnets,
    The bobolinks begun.
    Then I said softly to myself,
    "That must have been the sun !"
    ..................
    But how he set, I know not.
    There seemed a purple stile
    Which little yellow boys and girls
    Were climbing all the while
    .
    Till when they reached the other side,
    A dominie in gray
    Put gently up the evening bars,
    And led the flock away.

mercredi 8 novembre 2017

Rêves des vitraux

Dernières images de Saint-Rémi :
Un vitrail peut fasciner parce qu'il raconte une histoire, et c'est un jeu déductif passionnant que de retrouver l'épisode biblique qu'il raconte, ou la légende de Saint-Rémi comme ci-desous. Sans aide érudite, il est difficile de reconstituer l'histoire racontée et l'esprit se perd volontiers dans le jeu des lumières :
-
-
-
-
SOUVENIR :
  C'est à la cathédrale, j'avais entre trois et cinq ans... C'est donc un vieux souvenir, et comme tous les petits garçons qui s'ennuient à la messe le dimanche, j'avais fait le fou pendant le sermon. Mon père, qui était très religieux, n'avait rien dit, mais à la sortie, je m'étais pris une grosse claque, méritée sans doute...
  Difficile de comprendre le mal à une cérémonie à laquelle je ne comprenais rien... Et dès lors, la leçon a germé dans ma tête : pour ne pas prendre des claques, le mieux — le plus facile aussi — était de glisser dans la rêverie.
  Depuis, je n'ai jamais plus écouté une messe entière. À un moment, quelle que soit mon attention, je glisse. C'est incoercible, surtout au début du sermon et le rêve s'empare de moi comme un sommeil, une évasion, une échappatoire à l'ennui...
  Je ne fréquente plus les églises que pour des communions, mariages ou décès d'un proche... Mais je rêve encore et toujours et je n'émerge de ce rêve qu'à la communion, ce qui me permet de chanter. J'étais déjà un enfant porté à la rêverie, mais la nécessité d'être sage ont décuplé cette capacité... 
  Et pour la rêverie, un motif abstrait, du verre, de la couleur et de la lumière, c'est encore mieux. Ici, les rosaces de Saint-Donatien à Orléans, petite église discrète près des Halles :
-
-
-
-

samedi 4 novembre 2017

Basilique Saint-Rémi (Reims)

-
-
Suite et fin de mon pélerinage dans le Nord, avant de rallier mes proches, j'ai fait un petit détour vers une basilique un peu à l'écart, comme à l'ombre de sa prestigieuse voisine, la basilique Saint-Rémi, plus discrète, moins unifiée au niveau architectural, elle comporte des parties romanes, d'autres gothiques, elle a connu des destructions, pourtant la légende dit que c'est là que Saint-Rémi baptisa Clovis et initia l'alliance entre l'église catholique et les rois de France pour plus de mille ans...
-
-
-
-
Le tombeau de Clovis :


-
Un christ roman :
-
Christ aux liens :
-
Les premiers pas de l'architecture : pour faire le chevet, les architectes s'arrachaient les cheveux pour avoir une structure ronde. Plus tard, ils eurent l'idée d'enchaîner des formes de trapèze successifs, mais au début, on retrouve souvent un carré (la croisée d'arches) encadré par deux triangles :
-
-
-

-
Bas reliefs...
-

samedi 28 octobre 2017

Montcornet : église fortifiée

De retour de mon pèlerinage à Avesnes-sur-Helpe, je me suis arrêté à Montcornet, petite ville bâtie sur une éminence, dominée par la belle Église Saint-Martin fortifiée. Ici, comme dans toute la région, c'est le mélange brique & pierre, qui domine l'architecture :
-
-
-
-
-
-
-
-
-

vendredi 20 octobre 2017

Le regret de ce qui ne fut pas

-
                    Lumière qui fuit est aussi celle qui éblouit
                    Le chemin souvent foulé se jonche de jaune
                    Et bien qu'il ait eu le souffle bien court, l'été
                    Se pare du regret de ce qu'il ne fut pas.
-
-
-